Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mardi, février 26, 2013

Octave Feuillet (3) : Fleurs et poésies

"J'allais avoir dx-neuf ans. Ma mère voulait absolument me marier. Elle me présentait un soupirant par semaine, mais quand, après chaque entrevue, :"Eh bien, le veux-tu ?je répondais:-Non, pas celui-là !"
Lucide et malicieuse, Valérie Dubois démonte la course aux prétendants,   parcours obligé dans le meilleur monde et s'étonne lorsqu'un jour,  son père avance le nom de son cousin, Octave Feuillet: 
"Comment mon cousin peut-il m'aimer ?Il me connaît à peine , vivant loin de moi. J'ai peut-être dansé trois fois avec lui."
Cependant,  "Dieu l'inspira dans la nuit et lui fit trouver son cousin charmant" ...
ou du moins, si ce n'était Dieu , le souvenir de sa distinction, sa belle tournure, son aura de poète. 
Et bien qu'elle  sentît  "son infériorité," se trouvant "provinciale et peu instruite",   la perspective d'une vie brillante, et élégante à Paris, autant de "châteaux en Espagne", souligne-t-elle ironiquement au chapitre XI de Quelques années de ma Vie




Valérie ayant "dit oui avec bonheur "à la demande de son père , ce qui faillit  faire "mourir de joie ses parents", la  visite du fiancé est organisée le soir-même.
Beaucoup d'auto dérision dans le récit de l'entrevue  où la jeune fille est si intimidée qu'elle "courut vers une des fenêtres et se roula comme une momie dans les rideaux".
Digne d'un personnage de comédie, Madame Dubois rassure le cousin  "à juste titre un peu surpris de la réception:
-C'est de la pudeur (...) Elle vous aime, j'en suis sûre "


Nullement découragé par l'étrange accueil de sa fiancée, le jeune homme lui" dit de jolies choses toute la soirée", et, le lendemain, lui offrit des" vers charmants destinés à sa mère," mais que Valérie  lui avait inspirés.



En voici un court extrait dans le recueil "Fleurs et poèmes", qui se trouve dans le fonds ancien de la médiathèque de Saint-Lô.
...
"Ma fille, que je t'aime et que je t'aime encore
Sous mon oeil maternel, sous mon oeil triomphant, 
Reste toujours ainsi, car ainsi je t'adore , 
Mon ange,  mon enfant!"


Il s'agit d'un volume recouvert  d'un tissu mauve, avec des  ornements en métal, et en son centre, les initiales V et O entrelacées.




 Outre  ces "vers charmants", le volume, intitulé "Fleurs et poèmes " rassemble des   textes poétiques  écrits par Octave Feuillet  et autres  amateurs de poésie (ou poètes amateurs) sur différents thèmes.


Jaquette, illustrations ,  lettres ornées ,  calligraphie , tout est  magnifique,  très révélateur du goût de l'époque, dans le milieu où évoluait Octave Feuillet.

..........................................................................................................................................................

18 commentaires:

  1. Coucou Miss Yves.
    C'est très joli tout cela ou dois je dire beau !!!
    Merci du partage.
    Bonne journée A + :))

    RépondreSupprimer
  2. •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰
    Bonjour Chère Miss_Yves !!!! ✿✿彡
    merci pour ces belles photos !
    J'adore ces anciennes écritures (calligraphies) et ces dessins ! C'est fabuleusement beau !!!!

    Bonne continuation !!!!
    GROS BISOUS
    ensoleillés d'Asie ! ✿✿彡
    •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰

    RépondreSupprimer
  3. Les illustrations sont charmantes. Toutes fraîches et actuelles... Beaucoup de soin apporté à cette jaquette de livre.

    RépondreSupprimer
  4. Quelle histoire charmante et quelle beau volume de poésie ! Actuellement plongée dans les manuscrits et enluminures médiévaux, je suis ébahie par la calligraphie de Mme Feuillet et par la joliesse de ses lettrines et dessins. La couverture est un petit bijou dans le style Art Nouveau.
    Voila un billet qui donne vraiment envie de lire les souvenirs de Valérie Dubois-Feuillet :)

    RépondreSupprimer
  5. LEs mariages arrangés par les parents ne sont peut-être finalement pas si mauvais que ça. Il y avait moins de divorces à cette époque-là qu'aujourd'hui où on se met en couple avec celui (ou celle) qu'on veut sans s'entortiller dans de rideaux. (Parfois on se met dans de beaux draps!) Mais il faut dire aussi qu'avant on vivait moins vieux. Non, ne changeons pas.

    RépondreSupprimer
  6. Daniel: bien que ce ne soit pas nouveau, c'est tout beau !

    Nancy:moi aussi, j'admire d'autant plus les belles calligraphies,que je n'y suis pas experte.

    Thérèse:notre groupe de recherches aimerait avoir l'avis d'un expert pour la jaquette, cela se fera put-être pour les journées du patrimoine

    Tilia: à vrai dire nous nous demandons si c'est Valérie Feuillet qui a calligraphié cet album , ou si elle a fait appel à un (e) spécialiste.
    En tout cas, ces souvenirs sont très bien tournés.

    HPY:parfois, ces mariages arrangés réussissaient, mais souvent, que de frustrations et de drames!Je pense au personnage de Jeanne , dans Une Vie de Maupassant

    RépondreSupprimer
  7. une très belle illustration pour ce recueil de poésie qu'on aimerait bien trouver à feuilleter dans une bibliothèque !

    RépondreSupprimer
  8. Enitram: trop précieux, trop fragile...mais il sera sans doute exposé aux journées du patrimoine

    RépondreSupprimer
  9. Comment ça, je suis passée hier et n'ai pas laissé mon com.
    Jolies calligraphies et bels écrits.
    Merci de nous faire découvrir tout cela.

    RépondreSupprimer
  10. c'est tout simplement ravissant et si délicat. je m'associe à Tilla et Hélène pour le commentaire. Merci miss-Yves!

    RépondreSupprimer
  11. c'est en lisant et admirant toutes ces écrits..on voit que les époques changent..

    RépondreSupprimer
  12. •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰
    Un petit bonjour en cette fin de semaine Chère Miss_Yves
    Je te fais UN GROS BISOUS et je te souhaite un bon vendredi !!!
    •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰

    RépondreSupprimer
  13. Ce recueil "Fleurs et poèmes" me fait penser au livre d'or de ma grand'mère, c'est ravissant, n'y a-t-il pas un fermoir ?
    Le livre d'or de ma grand'mère lui a été offert en 1894 par son père et commence par ce couplet écrit par lui :
    "Sur ce premier feuillet, je voudrais chère fille,
    De mon amour pour toi verser tout le trésor ;
    Chanter de tes seize ans l'harmonieuse ydille,
    Peindre pour ce Prologue un merveilleux décor."
    .....

    RépondreSupprimer
  14. La mère de ma grand'mère a écrit au dos de ce feuillet :
    "Quinze ans ! Entends-tu bien, ma grande Marguerite ?
    C'est hier, semble-t-il que frêle et doux fardeau
    Nous t'avions dans les bras, petite, bien petite
    Et que nous te chantions les refrains du dodo."
    .......

    RépondreSupprimer
  15. Lucie: Merci pour ces rapprochements et ses souvenirs personnels;
    ce que ru écris confirme nos hypothèses sur les habitudes des Livres d'or familiaux au XIX ème siècle.
    Dans une des vitrines de la collection Feuillet au musée, il y a aussi ...un carnet de bal.

    Les mots que tu cites sont très beaux!

    RépondreSupprimer
  16. Je ne me souviens plus s'il y a un fermoir...

    RépondreSupprimer
  17. C'est avec plaisir et intérêt que je viens de relire ce bel article si admirablement illustré.
    À l'époque je n'avais pas encore écrit mon billet sur l'album de Kate Hoare (une des jumelles dont Sir Everett Millais a fait le portrait en compagnie de leur deerhound) donc je n'avais pas encore connaissance de l'l'album d'Alexandra de Wales, un ouvrage également bien décoré et qui date de quelques années après celui de Valérie.
    Une jolie mode, ces albums :-)

    RépondreSupprimer