Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

lundi, novembre 09, 2009

Soirée Follain , prose poétique (2/2)

en compagnie de Sylvie Durbec et de Marie Huot,
Le 30 octobre 2009, pour le lancement du prochain Prix jean Follain de la ville de saint-Lô, dont le président sera Sylvestre Clancier.




Marie Huot a été lauréate du prix Follain en 2002 pour son recueil Absenta (Editions le temps qu'il fait) et a partagé, en 2007, le prix de poésie Max Jacob avec ...Sylvie Durbec .

Après avoir évoqué ce qu'a représenté pour elle l'attribution de ce prix, elle a parlé du travail accompli par l'éditeur du Temps qu'il fait, puis a lu des passages de ses derniers ouvrages:
Instants librement inspirés de ma vie d'oiseau et Portrait de ma grand-mère en demoiselle coiffée.

La soirée a été ponctuée d'extraits d'oeuvres contemporaines rédigées en prose poétique lus par les lecteurs à voix haute de l'association lire à Saint-lô.

7 commentaires:

  1. *** Coucou Miss_Yves ! ***

    Voilà une soirée du Prix Follain qui semble avoir été très intéressante à saint-Lô !

    Merci de partager avec nous ces photos... BON LUNDI A TOI ! ***

    RépondreSupprimer
  2. St Lô la future capitale de la culture!!!Avec plein de beau monde.
    Bonne journée A +

    RépondreSupprimer
  3. Daniel, chez Madeleine: pourquoi"future" ?
    Nancy: bientôt quelque chose sur Tourlaville .

    RépondreSupprimer
  4. *** Génial !!!! tu vas parler de Tourlaville ! :o) MERCI MERCI et ENCORE MERCI MISS_YVES ! ***

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas de mal à imaginer le nombre de livres sur tes étagères...
    Le jour où tu voudras les lire, il faudra penser à déménager! :-)

    RépondreSupprimer
  6. Thérèse, j'essaie parfois de vider mes étagères: j'ai beaucoup de mal, et quand j'ai réussi à donner quelques livres, je le regrette ,je me dis que que, par exemple dans cette vieille édition , il y avait du bon, des souvenirs, ou que tel ou tel livre insignifiant correspondait à une mode de l'époque. Le pire, ce sont les livres égarés , ou ceux que j'ai en double, mais que je ne retrouve plus sur les rayons, et que je dois racheter.

    RépondreSupprimer
  7. Je vous remerci de votre visite et commentaires! Je suis désolée que je ne puisse pas comprendre les poems français, parce que mon français est très limité. La poésie est un art trés raffiné et il faut connaître un vaste vocabulaire.
    Bonne semaine!

    RépondreSupprimer