Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

lundi, novembre 23, 2009

Remise du prix littéraire du Cotentin, vendredi 20 novembre 2009




Après une première réunion, pleine de surprises, autour d'une teurgoule,
et la délibération au cours d'un déjeuner littéraire- tout comme les Goncourt- le Prix littéraire du Cotentin a été remis , dans le grand salon du conseil général, au professeur Yves Pouliquen, de l'Académie française, pour son essai, Félix Vicq d'Azyr, les Lumières et la Révolution publié chez Odile Jacob.

Une "courte rue au voisinage de l'Hôpital Saint-Louis", une méconnaissance totale dans sa ville natale de Valognes , c'est cette injustice qu'a voulu réparer Yves Pouliquen en sortant de l'ombre le grand scientifique que fut Vicq d'Azyr, surnommé le "Buffon de la médecine", spécialiste de l'anatomie du cerveau , précurseur des thèses de Darwin. Devenu premier médecin de la reine Marie-Antoinette, il fut pris dans la tourmente de la Révolution, et mourut vraisemblablement de tuberculose, sans pouvoir donner le plein épanouissement à son esprit de recherche .

Ayant présidé les cérémonies du bicentenaire de la naissance de Barbey d'Aurevilly , dont l'un des hauts lieux est bien sûr Valognes, Yves Pouliquen a eu l'occasion d'étudier en profondeur un personnage qui l'avait toujours intéressé. Si la capacité de travail et la rigueur du savant sont constamment soulignées, la biographie ne devient jamais panégyrique: les faiblesses, voire les lâchetés de l'homme ne sont pas passées sous silence, et le suivre, pas à pas , sous la Révolution et la Terreur, jusqu'à sa mort en 1794, c'est éprouver sa fragile humanité.

Notons qu'en cette année 2009, le Prix littéraire du Cotentin couronne un auteur normand, (né à Mortain, dans le sud de la Manche) dont le travail porte sur un sujet d'inspiration normande - faisant ainsi d'une pierre deux coups puisque l'un ou l'autre de ses critères suffit pour retenir l'attention du jury .

(Lire aussi l'article de Yann Halopeau dans Ouest France)

..........................................................................................................................................................
Dans son précédent ouvrage, Yves Pouliquen s'était intéressé à
Madame de Sévigné,



renouvelant la vision que tout un chacun pouvait avoir de l'illustre épistolière .

A l'image conventionnelle d'une mère "admirable","dévouée","passionnée",Yves Pouliquen a substitué le portrait attachant et complexe d'une femme ,certes marquée par la séparation ,mais aussi mère possessive, peu encline à se plier aux normes de son temps en matière de fécondité , indépendante, voire libertine d'esprit, ce que révèle sa correspondance avec son cousin Rabutin ou sa complaisance vis à vis des frasques de son fils! Une femme qui, la soixantaine passée ,chercha dans ses relations avec le jeune frère de son gendre, (le chevalier),"un fils de substitution" sans renoncer à plaire "à cet homme jeune que la maladie retient auprès d'elle à l'hôtel Carnavalet et que la parentèle débarrasse de toute possibilité de commérage" Une mère abusive dont les rapports avec sa fille, anorexique ou boulimique , ne sont pas sans évoquer des échos étonnamment modernes ! Une personnalité représentative des patients du grands siècle, recourant , tantôt aux médecins officiels, tantôt aux "empiriques" voire aux charlatans, recommandant à sa "chère bonne"tel ou tel remède, tel ou tel régime pour le décrier ensuite .

Grandeurs et misères de la médecine du grand siècle ont été analysées par le professeur Pouliquen (de l'Académie française , chirurgien qui a dirigé le service ophtalmologique de l'hôtel -Dieu de Paris) avec autant d'érudition que d'humour .

(Conférence aux Archives départementales de la Manche)


Madame de Sévigné ,médecin malgré elle
Conférence d'Yves Pouliquen
à l'auditorium des archives départementales de saint-Lô
vendredi 1er juin 2007
............................................................................................................................................Yves Pouliquen , né à Mortain le 17 février 1931, a fait ses études au lycée Littré d'Avranches .
Il a été élu en 2001 au fauteuil 35
Prédécesseur:Louis Leprince-Ringuet

http://www.academie-française .fr/Immortels/base/academiciens/fiche...


http://www.academiefrançaise

Yves Pouliquen:

Interne des hôpitaux en 1966,docteur en médecine.Professeur agrégé,ophtalmologiste des hôpitaux en 1966.Directeur de l'unité de recherches en ophtalmologie de l'INSERM de 1979 à 1998. Professeur consultant en 1996. Président de la Banque française des yeux de 1985 à 1998.Président de l'organisation pour la prévention de la cécité depuis 1997.

11 commentaires:

  1. A mon étonnement, j'ai vu de la teurgoule en vente au supermarché du coin l'autre jour. (Mais je n'en ai pas acheté.)

    RépondreSupprimer
  2. HPY: Effectivement, je pense qu'il vaut mieux éviter la teurgoule de supermarché!

    RépondreSupprimer
  3. En fait beaucoup de livres sont publié chaque année, seul un petit nombre est connu du grand public!!
    Bien ces prix régionaux avec toutes leurs saveurs...
    bonne journée :))

    RépondreSupprimer
  4. Good morning, Miss Yves! I was trying to read the post (with my dictionary's help) and the music from the murder scene in Psycho began playing! Eeek! That music still has the power to unsettle me entirely.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai des soucis je n'arrive pas a voir ces photos je pense que je vais revenir

    RépondreSupprimer
  6. *** Oupppsss ! J'ai raté la publication de ton post ce matin !!! Mince !

    Je vais lire et regarder tes photos *** MERCI MISS_YVES ! BISES ***

    RépondreSupprimer
  7. Il faut lire beaucoup de livres si on apprend une langue. Merci de votre commentaire. J'ai lu la légende de Saint Nicolas et les trois filles. Nous savons aussi les histoires de lui ici en Hollande, mais nos chansons de Saint Nicolas sont différentes.
    Mais je vous remercie de m'attirer l'attention de cette histoire, que votre mère a chanté.

    RépondreSupprimer
  8. Intéressant, ce scientifique ! Mais je n'en avais jamais entendu parler. La renommée et la mémoire de l'Histoire sont injustes !

    RépondreSupprimer
  9. Bel hommage à la Teurgoule Maison (!) à Yves Pouliquen et à Mr Vicq d'Azyr -pas forcément dans l'ordre-
    Je reconnais certains participants :-)

    RépondreSupprimer
  10. Tiens c'est une idée, une teurgoule pour changer des beignets de bananes. Et du cidre alors pour changer du Ti-punch...
    J'aime beaucoup les biographies et comme tu commentes celle-ci.

    RépondreSupprimer
  11. Et me trompé-je ou j'entends la mer ?
    Je ne serais pas encore rentrée de Guyane ?

    goutsidi
    (L'agouti se mange... J'y ai pas goûté, je suis végétarienne plus ou moins)

    RépondreSupprimer