Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mercredi, novembre 18, 2009

A la recherche de la voix d'Homère-Conférence-déclamation de Philippe Brunet

Conférence-déclamation
de Philippe Brunet-Musée des Beaux-Arts de Saint-Lô-Vendredi 6 novembre 2009,
à l'initiative des amis  des musées municipaux de Saint-Lô.

(Sur Youtube, vous pouvez entendre un extrait de l'Iliade, chanté en grec ancien par ce moderne et talentueux aède)


C'est en Ethiopie, sur le tournage d'Oedipe -Roi que Philippe Brunet a eu la surprise de découvrir des lyres identiques à celles qui décorent les vases grecs , et c'est sur l'une d'elles qu'il accompagne son chant .
Sur le tableau de Corot, conformément à la tradition et au poème d'André Chénier, Homère est représenté comme un aveugle, et sous les traits de Bélisaire, ce que reproche d'ailleurs Baudelaire au peintre .
A partir de ce détail, Philippe Brunet a parlé du mystère de la biographie d'Homère, puis a exposé avec pédagogie et brio la thèse uniciste concernant l'Iliade et l'Odyssée.

Enfin, il nous a fait entendre la voix d'Homère, en pinçant les cordes de sa lyre et en déclamant plusieurs chants.
Si l'on demande aux petits écoliers de France les dates de naissance et de mort d'Homère, tous répondent qu'il n'a jamais existé et que son oeuvre est un assemblage de morceaux composés par différents poètes à différentes époques.

Tel n'était pas l'avis de Madame Dacier, traductrice et préfacière de l'Iliade au XVIII ème siècle qui raconte la vie d'Homère et les légendes qui lui sont associées, comme celle-ci ( attribuée à Hérodote.) relatant la mort d'Homère dans l'île d'Ios :

Homère, se voyant attaqué d’une maladie grave, se fit porter à terre. Les vents contraires ne permettant pas de continuer la navigation, on resta plusieurs jours à l’ancre. Homère reçut la visite de quelques habitants de l’île d’Ios, qui ne l’eurent pas plutôt entendu parler qu’ils furent pénétrés d’admiration.
XXXV. Pendant que les matelots et quelques-uns des habitants de la ville s’entretenaient avec Homère, des enfants de pêcheurs abordèrent en ces lieux ; et étant descendus sur le rivage, ils leur adressèrent ces paroles :
« Écoutez-nous, étrangers ; expliquez, si vous le pouvez, ce que nous allons vous proposer. » Alors quelqu’un de ceux qui étaient présents les engagea à parler. « Nous laissons, dirent-ils, ce que nous prenons, et nous emportons ce que nous ne prenons pas. » Ne pouvant rien comprendre à cette énigme, les enfants des pêcheurs la leur expliquèrent. « Notre pêche ayant été malheureuse, leur dirent ils, nous nous sommes assis sur le rivage ; et comme nous étions tourmentés par la vermine, ce que nous avons pris, nous l’avons laissé en ces lieux, et nous remportons chez nous ce que nous n’avons pu prendre. »
Incapable d'éclaircir l'énigme, et faisant le rapprochement avec ce que lui avait prédit la Pythie, Homère, de chagrin, meurt trois jours plus tard .

Cette thèse d'un auteur unique et bien réel a prévalu jusqu'à ce qu'au XIXème siècle, Wolf , dans ses Prolégomènes, la remette en question . Schiller et Goethe, quant à eux, n adhérèrent pas à cette vision nouvelle.
(Sur la question homérique, voir le lien)

Pour les anciens , Homère avait existé, et ce qui explique l'importance , le rayonnement de son oeuvre, c'est la manière de raconter qui cimente l'Iliade et l'Odyssée.

Stimulé par quelques pistes de réflexion émises par son professeur de lettres classiques en classe prépa, quant à l'unité de L'Iliade et l'Odyssée, Philippe Brunet a conçu et développé une théorie des parallèles dont voici plusieurs exemples:

Iliade, Chant IV: Ménélas, égratigné par une flèche, est soigné grâce à un baume de Machaon , hérité du savoir médical que son père tenait de Chiron.
Odyssée, chant IV, Télémaque , reçu chez Ménélas, verse des pleurs qu'apaise Hélène grâce à un baume.

I, X: Pourquoi Diomède franchit-il les frontières de l'animalité en se couvrant de peaux de fauves ?n'est-ce pas une anticipation de l'animalité qui règne dans le chant correspondant de l'Odyssée ?
O,X: ...Où Ulysse découvre, chez Circé les hommes transformés en lions et loups de montagne, tandis que ses compagnons seront métamorphosés en pourceaux...

I, le chant XI conte les exploits d'Agamemnon
O, XI: Ulysse , au royaume d'Hadès, rencontre l'ombre d'Agamemnon qui lui révèle son assassinat par Clytemnestre.

I, XXII:Mort de Patrocle.
O, XXII:Mort des prétendants

I,XXIII:Il est question du lit funèbre de Patrocle, des chênes abattus des flancs de l'Ida pour ce bûcher .
O, XXIII: Ulysse met à l'épreuve Pénélope en évoquant leur lit nuptial, construit à partir d'un rejet d'olivier.

Au dénouement , les chants XXIV des deux oeuvres scellent la réconciliation, la réunion des générations, Priam se faisant remettre le corps dHector des mains d'Achille, Ulysse retrouvant à Ithaque son fils Télémaque ainsi que son père, Laërte .

Autant d'analyses passionnantes pour lire ou relire Homère ("en trois jours !") dans les traductions de du Bellay ,d'Hugues Salel, et, bien sur , celle de l'Iliade par Philippe Brunet, (le Seuil).

De plus, en lecture complémentaire, une épopée comique et parodique, attribuée à Homère, La Batrachomyomachie, traduite Philippe Brunet en hexamètre dactyliques.


(Billet précédent: Commentaire du tableau de Camille Corot, Homère et les Bergers .)

Philippe Brunet est également metteur en scène et comédien: Compagnie Démodocos
Voir également son site consacré à la métrique grecque et latine



8 commentaires:

  1. *** Très chouette cet article Miss_Yves et merci pour le lien ! L'extrait de l'Iliade est magnifique !

    *** BISES et BONNE JOURNÉE A TOI MISS_YVES !!! ***

    RépondreSupprimer
  2. Je suis passée hier et j'ai lu, mais mon ordi merdouillait comme dit Daniel.
    Ce post et celui d'hier me rappelle l'étude à l'école de l'Iliade et l'Odyssée dont je garde, malheureusement peut-être, un très mauvais souvenir. Je n'adhérais absolument pas et ai encore du mal maintenant.
    Seule l'histoire d'Ulysse m'avait quelque peu capturée.

    RépondreSupprimer
  3. Quel cours magistral...
    Il est évident qu'Homère a vécu !
    La lyre fait penser à un métier a tisser peut être celui de Pénélope...
    A + :))

    RépondreSupprimer
  4. Magistral vraiment! Merci.

    RépondreSupprimer
  5. Poste passionant, il me faudra plus que trois jours...
    Philippe Brunet: un ménestrel des temps modernes.

    RépondreSupprimer
  6. "Passionnant" bien sur!

    RépondreSupprimer
  7. site remarquable ,homère raconté super j'aurai aimé participer .
    je suis l'arrière petit fils d'isidore Elie par qui homère et les bergers est arrivé à st lô
    musique de brunet très intéressante félicitations
    merci miss yves
    Michel ELIE

    RépondreSupprimer
  8. merci beaucoup, monsieur Elie, de votre visite et de votre commentaire .
    j'espère que la voix de l'aède Philippe brunet n'a pas été parasitée par les musiques de mon blog !

    RépondreSupprimer