Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mercredi, novembre 04, 2009

L'odeur de mon pays


L'odeur de mon pays

L'odeur de mon pays était dans une pomme.
Je l'ai mordue avec les yeux fermés du somme,
Pour me croire debout dans un herbage vert.
L'herbe haute sentait le soleil et la mer,
L'ombre des peupliers y allongeaient des raies,
Et j'entendais le bruit des oiseaux, plein les haies,
Se mêler au retour des vagues de midi...
Combien de fois, ainsi, l'automne rousse et verte
Me vit-elle, au milieu du soleil et, debout,
Manger, les yeux fermés, la pomme rebondie
De tes prés, copieuse et forte Normandie ?...
Ah! je ne guérirai jamais de mon pays!
N'est-il pas la douceur des feuillages cueillis
Dans la fraîcheur, la paix et toute l'innocence?
Et qui donc a jamais guéri de son enfance ?...
Lucie DELARUE-MARDRUS, Ferveur (1902)

Lucie Delarue-Mardrus

13 commentaires:

  1. Voici la matière première du cidre.
    Ce n'est pour flatter mon cidre préféré est le cidre normand, dans le limousin il était coutume de faire du cidre, bon les premier temps il ne tardait pas a devenir! "disons pas terrible"!
    Pour continuer les expressions régionales, sur la photo du haut la grand barrière est: no "Cliédo" d'où "Cliédou" petite barrière une clef se dit no "Cliao" (no = une).

    Bonne journée A +

    RépondreSupprimer
  2. Daniel, je goûte ces expressions régionales !

    RépondreSupprimer
  3. Moi ! Je ne suis pas guérie de mon enfance. Les odeurs ne sont pas les mêmes que celle de la pomme, mais on ne se refait pas.

    RépondreSupprimer
  4. C'est un beau poème, et très approprié pour l'automne! La nature est belle dans chaque saison! Merci de votre visite et commentaire!

    RépondreSupprimer
  5. Et bien te voici Lucie Delarue -Mardrus, toi qui comme Lucifer m'a poursuivie !!!
    Tu m'as parlé de ce poème lors de mon message sur la pommeraie de Brécy (deux sortes de pommes : cidre et couteau + ornementaux pour une bonne pollinisation !

    Je ne sais pas ce qui fit mon enfance ; je crois que j'en ai eu beaucoup, en tant de lieux....
    L'odeur du cours d'Epinal m'est revenue à Lindau avec les parterres de pensées, ce fut très fort.
    Et la Côte d'Ivoire ? Les goyaves un peu acres, un peu comme des pommes pas mûres ?

    RépondreSupprimer
  6. J'aime bien le rideau de pommes : très décor de noël, le parfum en sus...

    Cachou va bien j'espère, il a gardé son intégrité physique virile c'est le principal.

    (Je tire derrière moi les portes les une après les autres)

    RépondreSupprimer
  7. Bien vu et bien dit!
    Est-ce que je peux vous empreinter la phrase:

    L'odeur de mon pays était dans une pomme.

    RépondreSupprimer
  8. Jean-claude:la phrase n'est pas de moi, mais de Lucie Delarue -Mardrus, donc elle appartient à qui l'apprécie!
    lucie, j'en souviens , et je constate que, depuis, des souvenirs olfactifs d'enfance te sont revenus .
    j'ai intensifié les couleurs du rideau de pommes(camédia) pour en faire un décor de fête, et les pommes, ce sont, devine:des Louise bonnes !Dont tu parlais sur le lien que tu m'as indiqué .
    L'intégrité virile de Cachou,oui, pour l'instant est là, mais c'est son appendice caudal qu'il s'est fait coincer dans un piège à renards et qui a dû être partiellement amputé . Le pauvre est dans un drôle d'état et a dû retourner chez le vétérinaire pour soins post -opératoires, car il était devenu comme fou (et avec une collerette pour qu'il évite de se donner des coups de langue)

    RépondreSupprimer
  9. I can almost smell the apples -- and now I'm thirsty for a cider.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour mais je n'avais pas vu ces photos. Des pommes à gogo et ien tu peux faire des tartes tu sais j'adore cela. Mais pas de pomiers chez moi des coings oui un arbre qu'un seul.

    RépondreSupprimer
  11. Corrections pour crgie:"je m'en souviens"
    et "les poires -pas les pommes-que l'on aperçoit en espaliers ...Louises bonnes "

    Jean-Claude,merci de cette image naïve, un peu à la manière des images d'Epinal!
    J'aurai peut-être des photos (transmises par mon amie) sur la fabrication du cidre.
    France, ce ne sont pas mes pommiers, mais ceux d'une amie

    RépondreSupprimer
  12. Ah les pommes à cidre et l'alambic qui venait chaque année à la maison pour faire le calva... à 66 degrés dans lequel on trempait un canard. L'odeur remonte... et les souvenirs aussi.

    RépondreSupprimer